« Femme, Paix, Développement »

La responsable  de l’association  » Les Maillons D’avenir ( AMAAVE) »  en partenariat avec la Mairie de Brunoy, m’a demande de faire 2 interventions le 21 novembre, lors de conférence organise  sur le thème de « Femme, Paix, Développement » . J’ai accepté tout de suite, car le thème me plaisait et  c’était une occasion de rencontrer des gens qui essayent d’améliorer la condition des femmes et de réfléchir la position de la femme dans le monde actuel.

Ma première intervention était la démonstration de calligraphie. Je demandais parmi les membres d’AMMAVE, si deux personnes pouvaient m’aider et participer  dans mon intervention. Aussitôt Atidel et Martine se portaient volontaires. J’ai fait une petite mise en scène,  dans une ambiance japonaise. Elles devaient apprendre  les pas du théâtre NO. Mon calligraphie avait en fond un rond, comme le soleil et symbole de Paix, avec écrit « La force de la femme (女の力)“. J’étais très contente de rencontrer Martine et Atidel et bien-sur de leur prestations,  malgré le peu de répétition. Il me semble que nous avons été bien ensemble. En tout cas j’avais confiance.

Deuxième intervention, j’ai dansé en hakama (genre de pantalon pour le kimono) avec un éventail.

A peine une semaine après le 13 novembre, il y avait un risque d’annulation . Mais cette conférence a été maintenue avec un temps limité. L’AMAAVE » a préparé un buffet, nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour l’apprécier et pour les rencontres autour d’une boisson.

Le mois d’avril j’ai écrit « la saison de cerisier« , le jour noir de chaque personne. Encore le 13 novembre sera ce jour la. Quel monde on vit, quand l’homme arrêtera de  se battre,,,,

 

Merci pour votre geste !

Récemment une dame a frappé a la porte de l’association  » LILA « , un membre (Jehan) ouvre la porte, mais cette dame n’est pas entrée , en  lui parlant timidement elle a donne quelque chose. C’était un livre de Fabienne Verdier « passagère du silence ». Elle a fini de lire ce livre et voulait que nous le lisons . elle nous a l’offert. Comme dans le vitrine d’asso il y a toujours un de mes tableaux de  calligraphie, elle  a pensé de nous. J’étais très touchée, Comme elle ne s’est adresse qu’a lui très discrètement sur le seuil de la porte, je n’ai pas compris sur le moment et n’ai pas  pu dire  a cette dame « Merci »